OATAO - Open Archive Toulouse Archive Ouverte Open Access Week

Comment les agriculteurs perçoivent-ils leurs arbres ? Aborder les projets agroforestiers avec les agriculteurs et appréhender leurs perceptions multiples

Deconchat, Marc and Blanco, Julien and Sourdril, Anne and Andrieu, Émilie Comment les agriculteurs perçoivent-ils leurs arbres ? Aborder les projets agroforestiers avec les agriculteurs et appréhender leurs perceptions multiples. (2018) In: Journées d'échanges du RMT Agroforesteries: Croisons les regards #3, 7 September 2018 - 7 September 2018 (Paris, France).

[img]
Preview
(Document in French)

PDF (Author's version) - Requires a PDF viewer such as GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
3MB

Official URL: https://rmt-agroforesteries.fr/

Abstract

Rares sont les agriculteurs, incluant les éleveurs, qui n’ont pas d’arbres dans leur exploitation agricole. Ces arbres forment une infrastructure importante, par leur relative pérennité, et ils déterminent souvent les caractéristiques remarquables des paysages ruraux. Certains sont hérités de pratiques antérieures, d’autres sont apparus spontanément, témoignant souvent d’une déprise de l’activité agricole, quand certains plus récents proviennent de projet de réimplantation d’arbres, d’autres enfin sont présents et interagissent dans les territoires agricoles tout en étant soumis à des gestionnaires non agricoles, sylviculteurs notamment. Ces arbres forment globalement une « forêt rurale », plus ou moins dense et fragmentée, prenant des formes très variées, du bois à l’arbre isolé, de la haie aux complantations dans les parcelles. Les agriculteurs sont confrontés quotidiennement à ces arbres et ils doivent s’y adapter. Comprendre ces interactions et les perceptions qui y sont associées s’avère essentiel pour mieux les accompagner dans des projets agri-forestiers qui, dans la perspective agroécologique, visent à mieux valoriser l’ensemble des ressources disponibles dans les exploitations agricoles. La diversité des espaces arborés, mais aussi la diversité des agriculteurs, ainsi que les liens conscients et inconscients, culturels, voire parfois intimes qu’ils ont avec les arbres, rendent cette compréhension difficile à atteindre. Dans nos travaux de recherche pluridisciplinaires, nous avons rapidement constaté que l’analyse technico-économique n’était pas suffisante pour expliquer les choix des agriculteurs envers leurs arbres. S’il y a bien un souci de valoriser des ressources, avec des moyens limités, dans une démarche à la fois opportuniste à court terme et très conservatrice sur le long terme, les arguments d’une meilleure valorisation sylvicole, tenus par les agences de développement forestier, restent souvent sans effet. Pour comprendre ce paradoxe d’un apparent manque d’intérêt pour ces arbres par les agriculteurs, il faut faire appel à des approches socio-culturelles plus fines, mobilisant notamment les méthodes de l’ethnologie. On découvre ainsi, dans le cas spécifique du sud-ouest de la France, que les arbres et les bois tiennent une place particulière et centrale dans les références socio-culturelles des agriculteurs, comme des marqueurs essentiels d’un lien au passé, garant d’une continuité qui se traduit dans un système social de transmission d’héritage très particulier, le système à maison. Transmettre un patrimoine foncier intact, apte à fournir toutes les ressources nécessaires à une ferme constitue encore aujourd’hui un objectif capital pour les agriculteurs. Ne pas transformer la forêt, conserver les marqueurs arborés du paysage, et notamment les limites entre maisons, s’imposent dans les prises de décisions comme des tabous admis inconsciemment. A côté de ces approches qualitatives fines, d’autres méthodes donnent maintenant à voir plus en détail la gamme des services, et des disservices, que les agriculteurs associent aux arbres qu’ils côtoient. Il est de ce point de vue remarquable de constater qu’ils connaissent souvent une grande liste des services fournis par les arbres, mais qu’en même temps c’est bien souvent dans la liste, plus restreinte, des dis services qu’ils trouvent les déterminants de leurs pratiques envers les arbres. Pour les agriculteurs enquêtés, les arbres sont plein d’avantages, mais ils les gèrent pour leurs inconvénients. Ces éléments de compréhension partielle et localisée des perceptions des arbres par les agriculteurs sont utiles pour, à la fois décrypter leurs décisions et leurs pratiques, et pour concevoir des projets agroforestiers en phase avec leurs aspirations. Dans cette perspective, les démarches participatives, adaptées aux attentes et spécificités locales, mobilisant tous les acteurs concernés, agriculteurs et autres, s’avèrent une méthode générique mais modulable à privilégier.

Item Type:Conference or Workshop Item (Paper)
HAL Id:hal-02140775
ProdINRA Id:454658
Audience (conference):National conference proceedings
Uncontrolled Keywords:
Institution:French research institutions > Centre National de la Recherche Scientifique - CNRS (FRANCE)
Université de Toulouse > Institut National Polytechnique de Toulouse - Toulouse INP (FRANCE)
French research institutions > Institut National de la Recherche Agronomique - INRA (FRANCE)
Laboratory name:
Statistics:download
Deposited On:27 May 2019 13:31

Repository Staff Only: item control page