OATAO - Open Archive Toulouse Archive Ouverte Open Access Week

Cartographie des forêts anciennes de France : objectifs, bilan et perspectives

Dupouey, Jean-Luc and Amiaud, Bernard and Chauchard, Sandrine and Bergès, Laurent and Abadie, Jérôme and Archaux, Frédéric and Avon, Catherine and Bec, Raphaël and Bonnevialle, Marie and Burst, Maxime and Cordonnier, Thomas and Deconchat, Marc and Decocq, Guillaume and Delcourte, Marie and Fuhr, Marc and Grel, Audrey and Heintz, Wilfried and Janssen, Philippe and Landmann, Guy and Larrieu, Laurent and Leroy, Nathalie and Montpied, Pierre and Panaïotis, Christophe and Renaux, Benoît and Rochel, Xavier and Thomas, Marie and Salvaudon, Aline and Vallauri, Daniel and Villemey, Anne Cartographie des forêts anciennes de France : objectifs, bilan et perspectives. (2016) In: Colloque International Géohistoire de l’environnement et des paysages (12-14 oct. 2016) hosted in Toulouse, 12 October 2016 - 14 October 2016 (Toulouse, France). (Unpublished)

[img]
Preview
(Document in French)

PDF (Author's version) - Requires a PDF viewer such as GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
5MB

Official URL: http://blogs.univ-tlse2.fr/colloque-geohistoire/

Abstract

Il y a dix ans démarraient les premiers travaux de vectorisation, à l'échelle régionale, des forêts de la carte d'Etat-Major, en vue de l'établissement d'une carte nationale des forêts à longue continuité de l'état boisé. Où en est-on aujourd'hui ? Nous faisons le point de l'avancement des travaux et en tirons les premiers enseignements, en répondant aux questions suivantes : Quels sont les définitions et concepts sous-jacents à ces travaux ? Pourquoi cartographier les forêts dites "anciennes" ou "récentes" ? L'analyse des institutions ayant réalisé le travail montre que ce sont principalement les milieux de la conservation qui ont été moteurs dans ces travaux. Mais la production et la qualité des produits bois sont aussi concernés par cette cartographie. Le rôle actuel de puits de carbone des forêts françaises ne peut par exemple se comprendre qu'au travers de cette dynamique forestière ancienne. Pourquoi une focalisation sur la première moitié du XIXe siècle comme date de référence ? Que signifie la notion de minimum forestier ? Quelles en sont les limites ? Quels sont les supports de données les plus intéressantes pour cette cartographie ? Pourquoi la carte d'Etat-Major est une source particulière d'information, dans l'objectif de la cartographie des forêts anciennes, parmi la multitude de cartes ou statistiques disponibles à différentes dates et échelles ? Quelles sont les méthodes d'acquisition de la donnée ? Quelle est la précision spatiale des cartes d'occupation du sol obtenues ? Les principaux problèmes posés par l'utilisation de la carte d'Etat-Major seront présentés, ainsi que la façon dont différents projets y ont répondu. Quels résultats ont été obtenus ? Nous reviendrons entre autres sur l'estimation de la surface forestière française à la date de son minimum. Les cartes déjà réalisées, sur 33% du territoire, permettent de dessiner avec précision et de comparer les changements d'occupation du sol dans différentes régions de France, en termes de pourcentage de déboisement, reboisement et taux de forêt ancienne dans la forêt actuelle. Les évolutions du couvert forestier issues d'autres sources non cartographiques sont-elles confirmées ? Le lien avec le type de propriété foncière est particulièrement intéressant à analyser. Dans plusieurs zones de France (Pyrénées, Luberon, Alpes, Lorraine, Nord-Pas-de-Calais...) ont été réalisés des croisements entre ces cartes et les bases de données régionales de relevés floristiques (Inventaire forestier national, conservatoires botaniques). Ce nouveau type d'analyse permet d'identifier rapidement les espèces végétales liées à la continuité de l'état boisé, dites espèces de forêts anciennes, et les traits de vie qui leur sont associés. Nous présenterons une synthèse de ces résultats. Dans la moitié des zones déjà cartographiées, ce sont toutes les occupations du sol anciennes qui ont été numérisées et non seulement les forêts. Nous évoquerons l'intérêt de ce cadastre ancien, au-delà des seules questions forestières, pour le suivi de la dynamique à long terme des prairies, des milieux humides, des vignes ou des milieux urbanisés. Les techniques de vectorisation des occupations anciennes du sol évoluent vers une simplification et une accélération qui laisse présager une fin du travail plus rapide que prévue initialement, parfois au détriment de la qualité. L'extension à la France entière permettra une vision à la fois à petite échelle mais localement précise des mouvements des masses forestières. Nous discuterons les perspectives de recherche et les développements en cours, ouverts par ces progrès.

Item Type:Conference or Workshop Item (Lecture)
ProdINRA Id:386328
Audience (conference):International conference proceedings
Uncontrolled Keywords:
Institution:Université de Toulouse > Institut National Polytechnique de Toulouse - Toulouse INP (FRANCE)
French research institutions > Institut National de la Recherche Agronomique - INRA (FRANCE)
French research institutions > Institut national de Recherche en Sciences et Technologies pour l'Environnement et l'Agriculture - IRSTEA (FRANCE)
Other partners > Université de Picardie Jules Verne (FRANCE)
Other partners > Université de Lorraine (FRANCE)
Other partners > Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis - UVHC (FRANCE)
Statistics:download
Deposited On:04 May 2017 15:36

Repository Staff Only: item control page