OATAO - Open Archive Toulouse Archive Ouverte Open Access Week

Les résistances aux benzimidazoles chez les caprins : enquête épidémiologique et essais de traitement sélectif

Lejeau Goudeau, Christelle. Les résistances aux benzimidazoles chez les caprins : enquête épidémiologique et essais de traitement sélectif. Thèse d'exercice, Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse - ENVT, 2002, 124 p.

[img]
Preview
(Document in French)

PDF - Requires a PDF viewer such as GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
2930Kb

Abstract

Les résistances aux anthelminthiques chez les nématodes du tractus digestif, représentent un problème majeur de gestion du parasitisme chez les caprins. Afin d'appréhender ce problème au sein des élevages, une enquête parasitaire suivi de la mise en place d'un essai de traitement sélectif ont été réalisés au cours de deux années d'étude portant sur dix élevages du centre de la France. Les résultats de l'enquête montrent que le mode usuel de maîtrise du parasitisme repose sur l'usage répété de molécules anthelminthiques mais qu'existe un manque d'informations des éleveurs sur les modalités appropriées d'utilisation des vermifuges chez cette espèce. Cette méconnaissance se traduit en pratique par des sous-dosages des produits. Associés à une fréquence élevée de traitements, ils sont à l'origine de l'émergence et du développement des résistances aux anthelminthiques. Ainsi, au cours de notre étude, deux élevages sur dix se sont révélés résistants aux benzimidazoles. Cette prévalence élevée des résistances oblige donc à rechercher d'autres modes de contrôle du parasitisme. Il est en effet, nécessaire de préserver l'efficacité des molécules anthelminthiques chez les caprins car dans cette espèces le choix reste limité. Une alternative possible pour lutter contre les chimiorésistances, est de traiter selectivement les troupeaux ; le but étant de maintenir au sein des populations de vers des allèles de susceptibilité pour diluer ceux à l'origine de la résistance. Un traitement ciblé visant les seuls animaus les plus excréteurs, donc les plus contaminants permet d'atteindre cet objectif. Chez les chèvres laitières, notre étude a montré qu'il s'agissait essentiellement des hautes productrices et dans une moindre mesure des primipares. L'essai de ce type de traitements appliqué, dans les élevages, sur toute une année, a donné des résutats encourageants : tout en diminuant la fréquence d'emploi des anthelminthiques, les éleveurs ont maintenu un parasitism faible au sein des troupeaux ainsi qu'un niveau de production satisfaisant.

Item Type:Thèse d'exercice
Uncontrolled Keywords:
Institution: Université de Toulouse > Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse - ENVT
Research Director:
Dorchies, Philippe
Statistics:download
Deposited By:Marine Debouchaud

Repository Staff Only: item control page