OATAO - Open Archive Toulouse Archive Ouverte Open Access Week

L'ochratoxine A, contaminant alimentaire, est-elle un cancérogène génotoxique ou épigénétique ? Recherche des effets génotoxiques par la technique de post-marquage de l'ADN au 32P en relation avec la métabolisation de l'ochratoxine A.

Faucet-Marquis, Virginie. L'ochratoxine A, contaminant alimentaire, est-elle un cancérogène génotoxique ou épigénétique ? Recherche des effets génotoxiques par la technique de post-marquage de l'ADN au 32P en relation avec la métabolisation de l'ochratoxine A. PhD, Institut National Polytechnique de Toulouse, 2005

[img]
Preview
(Document in French)

PDF - Requires a PDF viewer such as GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
6MB

Official URL: http://ethesis.inp-toulouse.fr/archive/00000233/

Abstract

L'ochratoxine A (OTA) est une mycotoxine néphrotoxique, produite par plusieurs espèces de champignons, des genres Aspergillus et Penicillium, se développant en particulier sur les denrées alimentaires au cours de leur stockage. L'exposition de l'homme à cette toxine se fait via la chaîne alimentaire aussi bien par les produits végétaux que par la viande. Chez les animaux, elle est clairement cancérogène au niveau du rein, chez l'homme elle a été classée par le CIRC en 1993 (Centre international de la recherche sur le cancer) comme "potentiellement cancérogène pour l'homme" (groupe 2B). Le mécanisme par lequel cette toxine induit des cancers n’est pas totalement élucidé et fait l’objet de débats. En effet, il reste à déterminer si c'est un cancérogène génotoxique (via une liaison covalente sur l'ADN) ou un cancérogène épigénétique (non génotoxique, via un stress oxydatif par exemple). Le but de notre travail est de clarifier le mécanisme d’action de cette toxine, en identifiant la nature exacte des adduits à l’ADN formés ainsi que les métabolites responsables de l’induction de cancer des voies urinaires. Le post-marquage de l'ADN au 32P est une méthode très sensible de détection des adduits à l'ADN. Lors d'analyses d'ADN de rats, post-marqués au 32P en co-chromatographie avec des adduits standard OTA-Guanine, nous avons montré que des adduits covalents de l'OTA sur l'ADN étaient formés in vivo. D'autre part, l'administration d'OTA à des souris gestantes a induit la formation d'un adduit sur l'ADN testiculaire et rénal de leur progéniture. Cet adduit est chromatographiquement identique au standard C-C8 OTA-dG. D'autre part, nous avons montré que le dérivé OTHQ induisait la formation d'adduits à l'ADN sans activation métabolique supplémentaire et similaires à ceux observés avec l’OTA; l'OTHQ est donc un métabolite réactif de l'OTA. L'analyse de la biotransformation de l'OTA par différents systèmes de métabolisation a permis de mettre en évidence la métabolisation de l'OTA en divers métabolites. Au moins 23 dérivés différents ont été formés lors d'incubations de microsomes de porc (foie et rein). Certains ont été identifiés (OTB, 4R, 4S-OHOA, OP-OA, Otα). Nous avons mis en évidence, par spectrométrie de masse, la formation d'un dérivé déchloriné de l'OTA (différent de l'OTB) de masse 366g/mol. D'autres restent encore de nature inconnue. Nous avons montré que la métabolisation était spécifique du sexe, de l'organe et de l'espèce de l'animal. De plus, la modulation de la biotransformation de l'OTA par les composés buthionine sulfoximine, acivicine et mélatonine a orienté fortement le métabolisme de l'OTA vers la production, respectivement, d'un dérivé déchloriné de l'OTA, de l'OTB et de l'OP-OA. Ces expériences corrélées avec l'étude des adduits à l'ADN nous ont permis de montrer que l'OTA est un cancérogène génotoxique qui nécessite d'être biotransformé pour exercer ses effets sur l'ADN; la lipoxygénase est impliquée dans cette activation métabolique.

Item Type:PhD Thesis
Uncontrolled Keywords:
Institution: Université de Toulouse > Institut National Polytechnique de Toulouse - INPT
Laboratory name:
Research Director:
Leszkowicz, Annie
Statistics:download
Deposited By: admin admin

Repository Staff Only: item control page