OATAO - Open Archive Toulouse Archive Ouverte Open Access Week

Épidémiologie de Trypanosoma evansi en Thaïlande : études expérimentales de la transmission vectorielle par les sangsues et les tiques

Vergne, Timothée. Épidémiologie de Trypanosoma evansi en Thaïlande : études expérimentales de la transmission vectorielle par les sangsues et les tiques. Thèse d'exercice, Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse - ENVT, 2009, 89 p.

[img]
Preview
(Document in French)

PDF - Requires a PDF viewer such as GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
4Mb

Abstract

Afin d’évaluer les liens qui existent entre les grands ruminants (bovins, chevaux…) et les petits rongeurs concernant la maladie induite par Trypanosoma evansi, cette étude s’est concentrée sur les modalités de transmission par la sangsue Hirudinaria manilliensis et par les tiques. Tout d’abord, quelques sangsues récupérées sur le terrain (7/13) se sont révélées porteuses d’ADN de Tryponosmo envansi. Il a ensuite été montré que le parasite, une fois ingéré par la sangsue, restait confiné dans le tube digestif et qu’il y mourait en quelques heures. L’ADN était quant à lui détectable pendant plus de 30 jours dans le contenu digestif de la sangsue. Aucun des essais de transmission, réalisés de 30 minutes à 30 jours après le repas infectant des sangsues sur des rats contaminés, n’a provoqué de passage du parasite à des rats sains lors d’un repas révélateur. Au vu de tous ces résultats, il semble que la sangsue Hirudinaria manilliensis n’est pas un bon vecteur de Trypanosoma evansi. Afin d’évaluer la transmission du parasite par ingestion de tiques gorgées sur animal contaminé, des expériences préliminaires ont précédé les essais de transmission. Pour assurer du possible passage du parasite à travers la muqueuse buccale, des rats et des souris ont consommé 1ml de sang contaminé. Les rats ont présenté une forte parasitémie dès 3 jours après l’ingestion des parasites. Les souris, quant à elles, sont restées négatives tout au long du suivi. La survie de T. evansi dans l’organisme de la tique a aussi été étudiée. Il est apparu que le parasite est capable de survivre entre deux et quatre heures dans les tiques du genre Rhipicéphalus. Au vu de ces deux résultats préliminaires, ils paraissait justifié de réaliser des transmissions expérimentales. Des tiques du genre Boophilus se sont gorgées sur des bovins splénectomisés infectés mais la très faible parasitémie a provoqué l’échec de la transmission aux rongeurs. Des tiques du genre Rhipicéphalus se sont gorgées sur des rongeurs infectés. Les essais de transmission aux bovins par ingestion de ces tiques sont restés négatifs. Le faible nombre de tiques récoltées a empêchée de tester la transmission de ronger par ingestion de tiques contaminées.

Item Type:Thèse d'exercice
Uncontrolled Keywords:
Institution: Université de Toulouse > Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse - ENVT
Research Director:
Jacquiet, Philippe
Statistics:download
Deposited By:Marilyne Hartmann

Repository Staff Only: item control page