OATAO - Open Archive Toulouse Archive Ouverte Open Access Week

Étude rétrospective sur la présence de mastocytes circulants chez le chat et leur affection causale

Clergue, Corentin. Étude rétrospective sur la présence de mastocytes circulants chez le chat et leur affection causale. Thèse d'exercice, Médecine vétérinaire, Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse - ENVT, 2016, 46 p.

[img]
Preview
(Document in French)

PDF (Author's version) - Requires a PDF viewer such as GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
1MB

Abstract

Les mastocytes circulants sont des cellules de l'inflammation présentes de façon anormale dans le flux sanguin. La présence de ces cellules dans le sang d'un chat est un phénomène très rare chez le chat comme ont déjà pu le montrer plusieurs études, et à priori uniquement chez l'animal malade. Beaucoup plus fréquent chez le chien, une mastocytémie est associée à un diagnostic différentiel relativement large, allant de l’inflammation sévère, au processus néoplasique ou à l’aplasie médullaire notamment. En revanche, le peu d'études publiées montrent que les mastocytémies chez le chat ont été principalement décrites lors de mastocytome ou de lymphome. Le but de cette étude rétrospective a été d’estimer la prévalence de la mastocytémie chez les chats présentés à l’ENVT et d’en déterminer les causes ainsi que leur fréquence relative. Notre hypothèse de départ était que la mastocytémie chez le chat est rare mais non pathognomonique d’un processus néoplasique. Ont été inclus les chats présentés à la clinique ayant eu un hémogramme et des mastocytes identifiés sur leur frottis. Leur dossier clinique et leur frottis a ensuite été étudié afin de déterminer la cause de la mastocytémie. Sur les 3747 chats ayant eu un hémogramme, 20 ont présenté une mastocytémie (0.53%). Sur ces 20 chats, 7 avaient un mastocytome ou un lymphome de haut grade de malignité. Les autres chats présentaient des affections diverses comme une anémie sévère (deux cas), une insuffisance rénale aiguë (deux cas), une parvovirose (un cas), un pyothorax (un cas), une pancréatite aiguë (un cas) ou une cardiopathie (un cas). Pour les 25% restant, aucune cause n’a été identifiée. Même si la cause néoplasique reste la cause la plus fréquente, d'autres causes ont été identifiées et ce, chez des chats pour lesquels la néoplasie a été écartée. Le diagnostic différentiel pourrait alors être élargi.

Item Type:Thèse d'exercice
Uncontrolled Keywords:
Institution:Université de Toulouse > Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse - ENVT (FRANCE)
Université de Toulouse > Institut National Polytechnique de Toulouse - INPT (FRANCE)
Université de Toulouse > Université Toulouse III - Paul Sabatier - UPS (FRANCE)
Research Director:
Trumel, Catherine
Statistics:download
Deposited By: Karine Hernandez
Deposited On:20 Dec 2016 16:34

Repository Staff Only: item control page