OATAO - Open Archive Toulouse Archive Ouverte Open Access Week

La Brucellose chez les mammifères marins échoués sur les côtes françaises de la Manche de 1995 à nos jours : enquêtes épidémiologique et anatomo-pathologique

Balin, Allison. La Brucellose chez les mammifères marins échoués sur les côtes françaises de la Manche de 1995 à nos jours : enquêtes épidémiologique et anatomo-pathologique. Thèse d'exercice, Médecine vétérinaire, Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse - ENVT, 2016, 245 p.

[img]
Preview
(Document in French)

PDF (Author's version) - Requires a PDF viewer such as GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
8MB

Abstract

La brucellose est une zoonose majeure pouvant entraîner de lourdes conséquences en santé humaine et animale. Depuis les premiers cas de brucellose marine détectés chez les cétacés et les phoques échoués en 1994, un nombre croissant de Brucella ceti et B. pinnipedialis ont été rapportés, principalement sur la côte Nord-Est de l’Atlantique. Des cas de transmissions à l’homme sont également décrits, soulignant l’importance de suivre ces brucella marines en terme de santé publique. A l’heure actuelle, aucune donnée n’est disponible en France. L’auteur s’attarde ici à déterminer les causes d’échouages des mammifères marins échoués sur les côtes françaises de la Manche et, à partir de ces mêmes animaux, déterminer une prévalence ainsi que de potentielles lésions dues à Brucella chez ces mammifères marins. Pour cela, une étude statistique des échouages entre 1995 et 2014 a été réalisée. Elle révèle d’une part que les deux causes de mortalités principales sont celles d’origine traumatique, représentée majoritairement par les captures accidentelles dans des engins de pêche et les causes infectieuses. D’autre part, de nouvelles causes de mortalité apparaissent avec l’émaciation sévère et la prédation inter-espèce. Pour l’ensemble des animaux autopsiés, 59 ont été retenus pour la recherche de Brucella spp. par réaction en chaîne par polymérase (PCR). La PCR a été positive pour 7 individus (11,86% (7/59)) parmi les 59 analysées. Des tests immunohistochimiques ont permis d’identifier la bactérie dans différents tissus et lésions, principalement la rate et les poumons. Enfin, le séquençage des produits de PCR a permis d’affirmer l’infection de 5 animaux (8,47% (5/59)), 2 étant des faux positifs. Notre étude révèle que la brucellose est présente sur nos côtes et peut représenter un risque en terme de santé publique. Un cas de méningoencéphalite chez un dauphin commun a été diagnostiqué, ce qui est une première mondiale. Cependant, une analyse critique de l’ensemble des résultats met finalement en avant des problèmes de sensibilité et spécificité des tests utilisés. Dès lors, le nombre de faux positifs et de faux négatifs apparaissent non négligeables. Il conviendrait ainsi de maintenir les recherches sur les causes de mortalités ainsi que d'identifier et de caractériser le potentiel infectieux et zoonotique des Brucella des mammifères marins en Europe.

Item Type:Thèse d'exercice
Uncontrolled Keywords:
Institution:Université de Toulouse > Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse - ENVT (FRANCE)
Université de Toulouse > Institut National Polytechnique de Toulouse - INPT (FRANCE)
Université de Toulouse > Université Toulouse III - Paul Sabatier - UPS (FRANCE)
Research Director:
Daniels, Hélène
Statistics:download
Deposited By: Karine Hernandez
Deposited On:16 Dec 2016 14:55

Repository Staff Only: item control page