OATAO - Open Archive Toulouse Archive Ouverte Open Access Week

Prévalence des lésions précancéreuses et cancéreuses de la prostate du chien : analogie avec l'homme

Rossignol, Anne. Prévalence des lésions précancéreuses et cancéreuses de la prostate du chien : analogie avec l'homme. Thèse d'exercice, Université Paul Sabatier - Toulouse III, 2001, 58 p.

[img] (Document in French)

PDF - Requires a PDF viewer such as GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
3MB

Abstract

Introduction : Le cancer de la prostate est fréquent dans l'espèce humaine. L'adénocarcimone est la forme la plus fréquente, la lésion précancéreuse associée est appelée néoplasie intraépithéliale prostatique (PIN). Les recherches en cours sur les moyens de traiter et de prévenir cette maladie nécessitent un modèle animal. Chez le chien, des lésions de PIN et de cancer ont été observées respectivement dans 55% et 9% des cas. Ces résultats sont controversés. Matériel et méthode : Dans l'objectif de déterminer si le chien peut être un tel modèle, notre étude porte sur l'analyse histologique de 22 prostates de chiens âgés de plus de 7 ans euthanasiés ou morts sans signe clinique d'atteinte prostatique. La description de l'histologie normale ainsi que la nature et la prévalence des lésions cancéreuses et précancéreuses sont déterminées après l'examen systématique en coupes étagées des sections colorées à l'hémalun-éosine pour chaque prostate. Pour un petit nombre de blocs, un marquage immunohistochimique (MIB1 et CK 34bétaE12) a été réalisé. Résultats : L'épithélium normal de la prostate du chien présente des différences avec celui de l'homme. Le noyau est hyperactif et son aspect se rapproche de celui des vésicules séminales de l'homme. La couche cellulaire basale des acini est indiscernable en coloration simple, elle est observée après marquage immunohistochimique dans les lésions d'atrophie et de façon très rare et discontinue dans l'hépithélium normal. Dans notre étude, la prévalence de cancer est nulle, celle de PIN de haut grade l'est également mais quatre foyers douteux de PIN de bas grade ont été observés. Discussion : Chez le chien, la prévalence du cancer de la prostate et des lésions précancéreuses telles que décrites chez l'homme est faible. Le chien ne semble donc pas un modèle adéquat pour l'étude du cancer spontané de la prostate.

Item Type:Thèse d'exercice
Uncontrolled Keywords:
Institution: Université de Toulouse > Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse - ENVT
Research Director:
Delverdier, Maxence
Statistics:download
Deposited By: Evelyne Picco

Repository Staff Only: item control page